La véritable histoire de Dracula

D'après l'historien Emile STOIAN. (Avec tous nos remerciements pour son aimable autorisation de publier ces pages)


L'incomparable historien roumain Nicolae IORGA fasciné et plein d'admiration, disait lorsqu'il parlait de la fameuse route commerciale qui traversait les Carpates à Bran en venant des bouches du Danube, qu' "il n'y avait pas d'autre chemin plus beau ".

Le défilé de Bran, considéré comme une des plus importantes gorges dans les Carpates Méridionales, utilisé dans les relations commerciales Gréco-Daciques était connu bien avant Jésus-Christ. C'est par ce passage, que les marchandises précieuses (l'huile d'olive et les vins) passaient de l'autre coté de la montagne, après être transvasées dans des tonneaux de bois. En 1377. pour la défense de cette gorge ( Bran signifie étymologiquement porte, obstacle, protection), à l'extrémité transylvane du couloir intra-montagneux, là où les montagnes de Bucegi regardent les montagnes Piatra craiului, on a élevé le château de Bran (en pierre), probablement au même endroit que l'ancienne fortification de bois construite en 1211 par les Chevaliers teutons.

A la suite du traité d'alliance anti-ottoman, conclu à BRASOV en 1395 entre Sigismond de Luxembourg, empereur d'Allemagne et Mircea le Vieux, Prince de Valaquie, Bran devint la propriété des princes Valaques. Ainsi, Mircea le Vieux, grand-père du futur prince DRACULA (p1us connu sous le nom de Vlad TEPES) fut le premier de la dynastie des Basarabes à gouverner Bran.

Mircea le Vieux puis ses descendants, Michel 1er et Radu II Praznaglava, ont encouragé le commerce sur la route de Bran et assuré la protection militaire de la région par les privilèges commerciaux qu'ils ont accordés et par les mesures qu'ils ont adoptées contre les abus douaniers. En 1377. pour la défense de cette gorge (Bran signifie étymologiquement porte, obstacle, protection), à l'extrémité transylvane du couloir intra-montagneux, là où les montagnes de Bucegi regardent les montagnes Piatra craiului, on a élevé le château de Bran (en pierre), probablement au même endroit que l'ancienne fortification de bois construite en 1211 par les Chevaliers teutons.

A la suite du traité d'alliance anti-ottoman, conclu à BRASOV en 1395 entre Sigismond de Luxembourg, empereur d'Allemagne et Mircea le Vieux, Prince de Valaquie, Bran devint la propriété des princes Valaques. Ainsi, Mircea le Vieux, grand-père du futur prince DRACULA (p1us connu sous le nom de Vlad TEPES) fut le premier de la dynastie des Basarabes à gouverner Bran. Mircea le Vieux puis ses descendants, Michel 1er et Radu II Praznaglava, ont encouragé le commerce sur la route de Bran et assuré la protection militaire de la région par les privilèges commerciaux qu'ils ont accordés et par les mesures qu'ils ont adoptées contre les abus douaniers.

A l'invitation de l'Empereur Sigismond de Luxembourg, Vlad DRACUL, père du Prince DRACULA, se rendit le 8 février 1431 à Nüremberg où on lui fit le grand honneur de l'instituer membre de l'Ordre Chevaleresque du Dragon (Ordinis Dragonis) et de lui attribuer la reconnaissance européenne au titre de Prince de Valaquie. A cette occasion, il lui fut remis des enseignes et deux étendards à 1'emblème de la croix de cet ordre. Le collier porté par les membres de cet ordre était composé de deux chaînes en or unies par une croix double qui soutenait un dragon. Il se pourrait bien que le nom Démon (Dracul) soit dérivé de ce symbole de l'ordre du dragon, titre chevaleresque européen et titre de noblesse médiévale et non pas issu du qualificatif péjoratif "diable" comme cela a été longtemps considéré par erreur. Le nom de son fils Vlad, DRACULA, né dans la cité de Sighisoara, provient certainement de la tradition roumaine selon laquelle on donne le nom du père au fils en adjoignant à la fin du nom a ou ea qui signifient " fils de ". Ainsi DRACULA (ou DRACULEA) est le fils de DRACUL.

Les privilèges commerciaux dont bénéficiaient les marchands de Transylvanie au détriment de ceux de Valaquie furent abolis en 1459 par l'introduction de mesures commerciales restrictives et par la création de foires dans les villes frontières. La conséquence immédiate en fut la diminution considérable du trafic sur la route de Bran. Une lettre atteste de l'équité des décisions du Prince Valaque. Il s'agissait en fait d'une affaire soumise en justice par Dracula afin qu'un de ses hommes, Dumitru, puisse se voir restituer l'argent qui lui avait été confisqué. Le Magistrat de Brasov ne remboursera à Dracula que 4 000 des 15 500 Florins. Cela révèle non seulement l'attitude de Vlad TEPES vis à vis des gens de Brasov mais aussi la prospérité du commerce fait à travers le défilé de Bran.

Entre 1428 et 1436, Vlad DRACUL fut obligé de s'exiler et de se réfugier, à Sighisoara, Transylvanie. A nom de son grand protecteur, investi au haut rang de Commandant des armées impériales et chargé de la défense des frontières du Sud-Est et des gorges intra-carpatiques dont la p1us grande est celle de Bran (principale porte vers la Valaquie) il exerça son influence et son autorité sur l'entière Transylvanie du Sud et sur les plus importantes cités (BRASOV, SIBIU, MEDIAS, SEBES).

1438 symbolise la fin des grandes expéditions de pillage entreprises en Transylvanie par l'armée ottomane, menée par Murad II. Ils passèrent en Valaquie par le défilé de Bran avec leur butin et des milliers d'esclaves enchaînés. Afin de sauver leurs vies. Vlad DRACUL et ses deux fils, Mircea et Vlad (DRACULA) furent obligés de participer. Ce fut un des premiers contacts du futur Prince avec BRAN. On retrouve la trace de Vlad TEPES-DRACULA à Bran le 31 octobre 1448, date à laquelle, Prince de Valaquie pour un mois, il adresse une lettre aux habitants de BRASOV, lettre qui, passée par le défilé de Bran et parvenue à destination, est devenue au fil de l'histoire un réel témoignage de ce règne. A cette époque. Vlad TEPES venait de s'échapper des cachots turcs d'EGRIGOZ, où il avait été détenu comme otage en garantie de la fidélité de son père. Puis ce fut l'exil, pendant lequel TEPES bénéficia de l'aide et de la compagnie de lancu de Hunedoara (qui avait des liens étroits avec la Transylvanie du Sud).

Ce dernier démontra un intérêt tout particulier pour la région et le Château de Bran ; cela est clairement illustré quand il installe en 1448, son homme de confiance Nicolas de Bizere comme châtelain pendant 10 ans. Autre témoignage de constante préoccupation pour la Cité de Bran, le 3 juillet 1456, il charge le Prince Vlad "de toujours défendre les frontières ", y compris celle de Bran. Quand il fut devenu homme de confiance de lancu HUNEDOARA, il eut à sa disposition une armée de guerriers, principalement des cavaliers, nécessaires à la défense de la Transylvanie du Sud. Dracula put ainsi franchir les montagnes à travers BRAN et atteindre la Valaquie où il attaqua par surprise le Prince Vladislav qui fut détrôné et tué. Le 6 septembre 1456,immédiatement après avoir investi le trône, TEPES conclut un traité avec le Roi de Hongrie, l'assurant de sa protection en cas d'attaques Turques ; il conclut également un accord avec les habitants de BRASOV et de TARA BÎRSEI, par lequel ces derniers lui promettaient aide et hospitalité en cas de retraite. Respectant les privilèges accordés par ses prédécesseurs, TEPES donna aux marchands de BRASOV le droit au libre commerce dans la Valaquie. Cela n'était pas sans intérêt pour BRAN, principale route entre BRASOV et la Valaquie et le Levant, de surcroît barrière douanière.

Malgré d'extrêmement bonnes relations avec la Transylvanie, le Prince franchit plusieurs fois les montagnes à titre d'expéditions punitives. La raison était "l'aide accordée à certains prétendants au trône ". La plus importante objection faite par TEPES aux villes Transylvanes le fut à Vlad Câlugârul, opposant basé à Amlas et qui avait fait des promesses aux nobles Allemands Peterman et Peter Gereb de Rosia concernant les douanes situées sur la principale route commerciale de la Valaquie (elle reliait les bouches du Danube et la ville de Brâila à la Transylvanie, à travers le défilé de Bran). L'importance de la route de Bran pendant le règne de Vlad TEPES est soulignée par le fait que le Prince lui-même s'intéressait à l'état de cette route et de ses douanes.

Le 1 er décembre 1457, le Prince envoyait à Rucâr et aux commerçants de BRASOV l'expression de ses bonnes intentions. Malgré cela, la paix avec les Transylvains fut rompue et il dut faire à nouveau preuve d'autorité en 1459 et 1460 sous forme d'expéditions punitives. Il est plausible qu'il passa alors en Transylvanie par la "porte " entre Bucegi et Piatra Craiului mais à travers montagnes et forêts afin d'assurer un effet de surprise.

Les privilèges commerciaux dont bénéficiaient les marchands de Transylvanie au détriment de ceux de Valaquie furent abolis en 1459 par l'introduction de mesures commerciales restrictives et par la création de foires dans les villes frontières. La conséquence immédiate en fut la diminution considérable du trafic sur la route de Bran. Une lettre atteste de l'équité des décisions du Prince Valaque. Il s'agissait en fait d'une affaire soumise en justice par Dracula afin qu'un de ses hommes, Dumitru, puisse se voir restituer l'argent qui lui avait été confisqué. Le Magistrat de Brasov ne remboursera à Dracula que 4 000 des 15 500 Florins. Cela révèle non seulement l'attitude de Vlad TEPES vis à vis des gens de Brasov mais aussi la prospérité du commerce fait à travers le défilé de Bran.

Au milieu de l'année 1462, menacé par l'immense armée Ottomane conduite par Mahomed II, TEPES appliqua la technique de la Terre brûlée et de la Guérilla : Il fut donc obligé de faire partir les populations. Ainsi, les montagnes et les forêts séculaires de BRAN devinrent lieux d'abri et de refuge : le chroniqueur Byzantin Chalcocondil dit d'ailleurs "les femmes et les enfants furent abrités dans les Montagnes de Brasov ". Il s'agit en réalité de Bucegi et des autres montagnes autour de Bran.

Le 15 août 1462. Albert ISTEMMEZO, chef des Szeklers, demanda aux habitants de Brasov et au Châtelain de Bran de faire la Paix avec le Chef des Turques. RADU LE BEAU. Cela donne à penser qu'à cette époque des relations diplomatiques officieuses existaient qui étaient défavorables à TEPES. L'objectif des ennemis de Vlad TEPES était de libérer de l'influence de TEPES la route de Bran, stratégique tant du point de vue militaire que du point de vue économique afin d'établir une liaison sûre entre Radu le Beau et ses souteneurs de Transylvanie. Vlad TEPES gagna pourtant cette exténuante et inégale lutte contre MAHOMED Il et ceci malgré la trahison des nobles qui voyaient d'un mauvais oeil son attitude intransigeante, ses succès militaires et son ascension politique. Après le conflit, le Prince se dirigea vers Brasov pour rencontrer MATEI CORVIN et son armée qui arrivèrent dans la Cité le 20 novembre 1462.Michaël Beheims affirma que Vlad, soutenu par une puissante armée. traversa les Carpates et se rendit à Brasov afin d'engager des pourparlers qui durèrent plusieurs semaines avec ce Roi. Après ces entrevues, le Prince Roumain traversa de nouveau les montagnes, accompagné par l'avant garde des armées alliées composées de Tchèques Hussites (Jean HUS [1369- 1415] était un Réformateur Tchèque qui fut excommunié en 1412 et brûlé vif malgré le sauf conduit délivré par l'Empereur SIGISMOND. Les Hussites, ses partisans, soutinrent de longues guerres contre les Impériaux), commandés par le Condottiere JAN GISKRA DE BRANDYS. Avec eux, le Prince comptait bien chasser ses ennemis et continuer la lutte contre les Ottomans. Ce commandant et TEPES mirent leurs troupes au service de Matei Corvin et ils attendirent le reste de l'armée Hongroise dans les montagnes. Jan GISKRA était au début un chef de brigands (guerriers de Bohème) et avait été envoyé pour aider TEPES. Se rendant compte des difficultés que traversait le Prince, ses opposants Transylvains multiplièrent les plaintes adressées au Roi, firent de fausses lettres évoquant des trahisons de la part de ce dernier. Par ailleurs, jugeant l'une des batailles à faire par trop risquée. Vlad TEPES préféra ne pas s'engager en bas du Danube- Tant et si bien que ses demie8 obtinrent du Roi CORVIN qu'il donne l'ordre à GISKRA de capturer et arrêter le Prince. Il fut traîtreusement capturé sur la route commerciale de Bran, à l'endroit le plus difficile de la voie à passerelle d'Orâtii (dite encore Piatra Craiului). Ici, on descendait les chars avec des cordes : Vlad DRACULA ne put ni déployer son armée, ni faire preuve de sa force et de sa capacité militaire. Selon le rapport de 1'ambassadeur (Petrus de Themasis) de Venise à Buda, TEPES fut arrêté le 26 novembre 1462.

Vlad TEPES fut donc attrapé au pied de la Cité de KONIGSTEIN, dans les gorges, là où la nature sauvage avait aidé ses ennemis. Il y fut enchaîné puis mené à travers BRAN (peut-être a-t-il été détenu dans son Château). puis BRASOV, MEDIAS, ALBA IULIA et enfin dans les prisons royales de VISEGRAD et BUDA (partie haute de la Ville actuelle de BUDAPEST). Après "arrestum decenale " ou "carcer decenalis" comme l'indique la chronique allemande, en fait après 10 ans de prison, Vlad TEPES réussit à convaincre Matéi CORVIN de son innocence, fut libéré et on l'aida à monter de nouveau sur le trône. En Octobre-Novembre 1476. accompagné par stéfan BATORY, TEPES repassa à BRAN, se dirigeant le long de la vallée lalomita vers TiRGOVISTE ou les Seigneurs. les Nobles et le Peuple entier lui jurèrent soumission. Entre le 2 et le 7 Octobre, il accorda le droit au libre commerce aux habitants de Brasov et de Tara Bîrsei. "Comme au temps du Prince MIRCEA jusqu'au temps de notre père, le grand Prince VLAD (DRACUL) et au temps de notre règne" et ajoutant "Dieu vous a rendu partout les voies libres, à Rucâr (la route commerciale de Bran) dans Prahova, au long de Teleajen et au long de Buzâu ".

Installé de nouveau à TIRGOVISTE. Vlad demandait le 8 Novembre 1476 à la Cité de BRASOV de reprendre le commerce à travers le défilé de Bran comme auparavant. Les différents passages de Vlad-TEPES-DRACULA à travers BRAN et les rapports commerciaux et militaires établis avec le chateau démontrent son importance et celle du défilé en ce qui concerne les relations entre la Transylvanie et la Valaquie.

Les nombreux films réalisés à Bran, les articles dont le nombre est difficile à estimer, les millions de touristes désireux de découvrir un des plus fascinants mythes du siècle ainsi que les documents authentiques et la passion pour le beau et le savoir font que ce chef de l'art médiéval Roumain sera toujours ce qu'en a dit C.C GIURESCUf membre de l'académie " L'INVINCIBLE CHATEAU DE DRACULA, A BRAN ".<:P>

La popularité toute particulière des anecdotes et histoires sur le Prince Dracula, la circulation dans le monde Slave des contes ayant comme personnage un alter ego du Prince Roumain démontrent une fois de plus le grand intérêt des peuples pour les actions et la personnalité de Vlad TEPES. Par sa lutte permanente et sa fidélité absolue à la cause du peuple Roumain, Vlad TEPES a réussi à préserver l'indépendance de l'état féodal de Valaquie et à empêcher l'expansion Turque vers l'Europe centrale. Ces considérations ainsi que nombre de témoignages au sujet d'actions energiques démontrent que les accusations sur sa cruauté contredisent la logique de l'histoire et les raisons d'Etat de l'époque. Comme le disait Nicolae I0RGA, faisant preuve de sentiments patriotiques mais aussi de la probité de l'historien de génie . " PARLER DE LA CRUAUTE DE VLAD TEPES SIGNIFIE COMMETTRE UN CRIME ENVERS LA NATION ". Le Prince Vlad-TEPES-DRACULA doit rester dans la mémoire de l'histoire tel qu'il est resté dans la mémoire de son peuple, un symbole de la justice, un représentant par excellence de la lutte pour l'indépendance et la liberté de son Pays, un modèle de courage et d'intelligence mis au service des causes les plus nobles, un génie militaire plein d'inventivité, un diplomate sans égal et un homme politique de première taille à l'époque. En laissant au lecteur ou au visiteur le plaisir de découvrir six siècles d'histoire, nous nous permettons de rappeler seulement que tout ce qu'il y a à BRAN, de la vieille porte d'entrée à pont basculant aux éléments d'architecture Renaissance ou Baroque, du châtelain qui, en 1476, fut envoyé comme ambassadeur du Roi Matei Corvin, pour lui amener l'épouse, la belle Béatrice d'Aragon, fille du Roi Ferdinand de Naples, aux caravanes apportant de Constantinople ou Bruges des marchandises précieuses, des troupes aux empereurs ou princes illustres qui y sont passés, des combats sanglants et balades romantiques au tombeau où se trouve le cœur de la Reine Marie de Roumanie, tout oui tout ce qu'il y a eu à BRAN est devenu LÉGENDE IMMORTELLE.

Emile STOIAN.





Tous ces Roumains qui font la Manche...


Il n'y a pas de semaine sans que les médias nous parlent de tous ces Roumains qui survivent en faisant la mendicité dans nos villes et principalement en région parisienne, en proposant des pétitions en faveur d'associations inexistantes (assorties d'une aide pécuniaire, bien entendu), en organisant des cambriolages, des vols de portefeuilles et de téléphones portables, etc...

Lire la suite...

Véolia au centre d'un énorme scandale à Bucarest.


Le groupe Veolia, en charge du service d’eau et d’assainissement de Bucarest, se retrouve au cœur d’une affaire de corruption de grande ampleur. Des dirigeants de la filiale locale de Veolia, Apa Nova, sont accusés d’avoir versés des pots-de-vin en échange d’une augmentation du prix de l’eau acquitté par les habitants de Bucarest, avec pour résultat une envolée des bénéfices de l’entreprise française.

Lire la suite...

Paris-Bucarest : quinze ans de bisbille


Le climat des relations franco-roumaines s'est à nouveau tendu, Paris s'étant opposé avec véhémence à l'entrée de la Roumanie dans l'espace Schengen, lors du dernier conseil européen des ministres des Affaires étrangères, alors que les Roumains s’indignaient du scandale de corruption touchant le prix de l’eau à Bucarest, mettant en cause la multinationale française Veolia.

Lire la suite...