Roumanie : Informations pratiques


Si vous voyagez en avion, vous arriverez probablement à Bucarest. Aéroport d'Otopeni, plus éloigné du centre ou de Baneasa plus proche, mais il existe d'autres destination : Clug, Timisoara, Targu Mures ... Pour aller au centre ville depuis Otopeni, il vous en coutera entre 15 et 20€ en taxi mais vous pouvez aussi prendre le bus. La ligne n°783 assure une liason entre l'aéroport et le centre-ville, tous les quart d'heures, dans la journée.


Si vous voyagez en voiture, il n'est pas obligatoire d'avoir un permi de conduire international. Ouvrez bien l'oeil, même si la manière de conduire des Roumains s'est améliorée, il faut être très vigilant. La nuit vous pouvez rencontrer des cyclistes non éclairés, voire des charettes à cheval.

Une taxe obligatoire est perçue sur les véhicules circulant sur les routes et autoroutes de Roumanie. Vous devez acheter une vignette à votre arrivée dans le pays (postes frontières, bureaux de poste et dans certaines stations-service. Gratuites pour le transit (1 jour), il vous en coûtera 3€ pour 7 jours, 7€ pour 30, 13 pour 90 et 28 pour 1 an.

Les Roumains ne connaissent pas le constat amiable. En cas d'accrochage, il faut se rendre à la police pour avoir un constat. Si vous êtes responsable vous devrez, par dessus le marché, vous acquitter d'une amende.

Le carburant : Les stations sont nombreuses. Sans plomb ou diesel, vous n'aurez aucun problème pour faire votre plein. Si vous roulez au GPL, faite votre plein avant de quitter les grandes villes. Les tarifs sont légérement inférieurs à ceux pratiqués en France (1,35€ le litre). C'est trés cher pour les Roumains.


Les vaccins : Aucun vaccin sauf celui contre la Ro-mania si vous ne voulez pas attraper le virus et revenir fréquemment.


Electricité : 220 volts, 50hz. Pas besoin d'adaptateurs


Téléphone : Vous pouvez utiliser votre téléphone sans problèmes pour peu que vous ayez l'option 'international' (voir avec votre opérateur). Si vous séjounez longtemps, vous aurez interêt à acheter un système à carte prépayée que vous mettrez dans votre téléphone.


La monnaie : Voir la page consacrée à la monnaie Roumaine. Vous y trouverez tous les renseignements nécessaires ainsi qu'un convertisseur de devises qui vous donnera un cours du change à jour.


Jours fériés : le 1er et le 2 janvier: jour de l'an ; le 1er Mai : La fête du Travail ; le lundi de Pâques :attention, les Pâques orthodoxe ne sont pas forcemment à la même date que chez nous);le 1er décembre: fête nationnale de la Roumanie ; le 25 et le 26 Décembre : la fête de Noël.


Coût de la vie : 1 café coute environ 2,5 RON (lei) soit 0,80€ 1 bière entre 6 et 8 RON 1,5 à 2€) mais la bière Roumaine fait 50cl. 1 repas au restaurant, entre 30 et 40 lei pour un repas simple et correct. 1 paquet de cigarette, environ 3€. Les pensions sont l'équivalent des chambres et tables d'hôtes chez nous. Certaines sont de véritables hôtels et il vous en coutera entre 30 et 40€ pour une chambre à deux avec salle de bain.



Tous ces Roumains qui font la Manche...


Il n'y a pas de semaine sans que les médias nous parlent de tous ces Roumains qui survivent en faisant la mendicité dans nos villes et principalement en région parisienne, en proposant des pétitions en faveur d'associations inexistantes (assorties d'une aide pécuniaire, bien entendu), en organisant des cambriolages, des vols de portefeuilles et de téléphones portables, etc...

Lire la suite...

Véolia au centre d'un énorme scandale à Bucarest.


Le groupe Veolia, en charge du service d’eau et d’assainissement de Bucarest, se retrouve au cœur d’une affaire de corruption de grande ampleur. Des dirigeants de la filiale locale de Veolia, Apa Nova, sont accusés d’avoir versés des pots-de-vin en échange d’une augmentation du prix de l’eau acquitté par les habitants de Bucarest, avec pour résultat une envolée des bénéfices de l’entreprise française.

Lire la suite...

Paris-Bucarest : quinze ans de bisbille


Le climat des relations franco-roumaines s'est à nouveau tendu, Paris s'étant opposé avec véhémence à l'entrée de la Roumanie dans l'espace Schengen, lors du dernier conseil européen des ministres des Affaires étrangères, alors que les Roumains s’indignaient du scandale de corruption touchant le prix de l’eau à Bucarest, mettant en cause la multinationale française Veolia.

Lire la suite...